25 février, 2006

Églises, vaccins et pacotiles du genre humain

Dimanche le 12 février, nous avons visité notre propre église, celle de DDO, Montréal. Grâce aux conseils d'Allan Hack (pasteur à Québec), j'ai quelque peu modifié mon message - il est peut-être disponible sur www.acmddo.org.
Mardi prochain, nous recevrons de nouvelles injections de vaccins. Je dis nous, mais j'en suis exclus puisque j'y suis allé seul le mois dernier. Il ne m'est jamais agréable l'idée d'affronter des virus qui assaillent nos anti-corps. Néanmoins, ils nous permettrons d'avoir moins de soucis, une fois rendu au Niger. Il n'en demeure pas moins que si nous n'avions pas eu ce projet, nous n'aurions pas pris de vaccins, même pour un voyage à court terme.
Dimanche le 5 mars, nous serons à l'Église de l'Alliance de Ste-Agathe. C'est une joie pour nous de savoir qu'un groupe d'églises nous supporte spirituellement.
J'ai quand même eu la surprise d'entendre un membre d'une église dire: "Ah!, ils envoient encore des missionnaires!" Eh oui, nos Églises de l'Alliance Chrétienne et Missionnaire envoient encore des missionnaires. Et nous en serons les premiers Québécois français. Mais je comprends cette réaction, car je l'ai entendu tant et tant de fois alors que je partageais mon désir de partir. Pourquoi partir? Il y a tellement de besoin ici! Ma vision missionnaire est guidée, en fait par l'Apocalypse, où Jean voit des gens de tous les peuples, de toutes langues et de toutes tribus présents pour adorer notre Dieu et Père de notre Seigneur Jésus-Christ. Alors pour que les tribus et les peuples nomades d'Afrique saharienne aient une voix qui portent auprès du trône céleste, je me mets à la disposition de Dieu.
Faut-il être parfait pour être éligible à l'appel de Dieu et pour être envoyé? J'assume que non. Car, j'ai eu l'expérience de mon imperfection la semaine dernière. En effet, j'ai eu à diriger des hommes sous mes ordres au travail. Des hommes plus vieux que moi, mais qui possèdent une expérience riche dans un des domaines connexes à la tâche que je devais les assigner. Par conséquent, j'étais l'homme le mieux placé pour savoir comment travailler. J'ai passé une grande parti de ma semaine à affronter des hommes obstinés qui se traînaient les bottes. Pas tous de la même façon. Le plus frustrant pour moi n'était pas qu'ils soient lents d'exécution, non. Leur humeur démontrait qu'ils fuyaient l'effort et recherchaient mon attention continuellement de sorte que mon travail aussi était ralenti ou plutôt arrêté par leurs distractions. Lorsqu'un projet dépend de soi, la pression est plus grande et la frustration proportionnelle quand les ouvriers qui doivent nous alléger s'avèrent des boulets.
Comment se révèle mon imperfection alors? D'abord dans la colère et la frustration que j'en ai eu en réaction à leur attitude. Mais c'est normal me direz-vous. Je vous en remercie alors. Or, dans ce cas ce sera mon incapacité à communiquer ma colère qui sera la marque de mon imperfection, au point qu'à un moment je men suis demandé: Comment est-ce que tu te mets en colère Marineau? moi qui ai toujours eu un point d'honneur à mettre en pratique le verset qui dit "que tout homme soit prompt à écouter, lent à parler, lent à se mettre en colère." Je n'ai pas résouds mon problème, hormis le fait que je n'aurai plus ces hommes à ma charge la semaine prochaine.

Pour les humains imparfaits, le Dieu qui surpasse toutes les imperfections est là.

Daniel

14 février, 2006

Ouf, enfin des solutions!

Enfin des solutions. Je n'ai pas pu être remboursé pour mon projecteur, mais au moins, j'ai obtenu un ordi qui me sera plus utile qu'un projecteur défectueux.
La semaine dernière, je suis allé présenter notre mission à deux églises de l'ACM à Québec: DuBerger et Ste-Foy. J'étais seul car Sophie était malade. J'ai été bien accueilli, beaucoup plus chaleureusement que par la température douce qui me crachait de la slush sur le pare-brise. Sophie va bien maintenant et nous nous préparons à faire notre présentation complète à l'église de DDO.
Ce soir, je viens de compléter mon vidéo de présentation. Hier, j'ai perdu la moitié de mon vidéo à 3 secondes de la fin. Le programme a planté. Je viens de me reprendre, il ne me manque qu'une voix, celle d'Antoine et vlan.

Je suis heureux, j'ai réussi à obtenir un peu plus de temps de mon employeur. C'est tout un défi que d'avoir à travailler plus qu'à temps plein et de se préparer pour partir et pour ces présentations. Néanmoins, je continue de prier que Dieu donne du travail et de la prospérité à cette entreprise. Ils ont d'ailleurs le défi de me remplacer dans les mois à venir.

Et Dieu, où est-il?
Actuellement, il est là dans nos démarches. Je considère que Dieu est invisble. Malgré que cela semble évident, trop souvent nous avons l'attente de le voir. Or, il est présent, caché souvent dans notre coeur et dans ceux qui nous entourent. Pour avoir fait un rêve à l'âge de dix ans et pour avoir acquis de nombreuses expériences de vie, pour finalement arriver à la réalisation de ce rêve, âgé de trente-trois ans, je constate, comme des bornes, les lieux et les moments où Jésus s'est laissé voir, invisiblement.

Daniel