28 avril, 2012

La justice politique vs l'invisible

En ce temps de grève étudiante et de prise de position gouvernementale, je suis vraiment irrité par les injustices que le marché économique tente d'imposer par le gouvernement de Jean Charest à toute la société.  Il y a vraiment à mon avis une tentative de contre-révolution tranquille.  Seulement, il n'y a rien de tranquille cette fois.
Je refuse de reconnaitre l'attitude bornée de la ministre comme juste.  La juste part est payée par nos impôts.  Déjà, ils nous surtaxent sur la santé ($100 en 2012, $200 les prochaines années, vérifiez vos déclarations d'impôts) comme si cela était juste.  Or, à quoi servent nos impôts?  Ah oui, j'oubliais, ils servent à engraisser le parti au pouvoir et les amis du parti!
Si le gouvernement démontrait une bonne gouvernance des finances publiques, il dégagerait des fonds, ou à tout le moins, il serait crédible.

À l'écoute des nouvelles, l'engagement politique serait tentant.  Surtout que le PQ et la CAQ n'offrent pas une meilleure gouvernance, mais le même raccourci de la hausse des frais de scolarité.
M'engagerais-je en politique?  J'ai failli me proposer au NPD pour être un poteau dans un comté du Québec en 2010.  Je serais pris à Ottawa en ce moment si je l'avais fait.  Est-ce que Québec serait mieux?  Pas pour moi.  J'ai une opinion spirituelle que j'ai partagé dans un message à l'église de l'Alliance.  Vous pouvez m'écouter sur cette page: 
http://www.acmddo.org/predications/20120129.mp3
C'est la première fois que je propose un lien vers un de mes messages sur le blogue.  Je n'y avait simplement pas pensé avant.  J'en proposerai plus prochainement.

Bientôt, j'aurai aussi des nouvelles du Niger.

Daniel Marineau

20 avril, 2012

carré rouge

Je porte le carré rouge depuis longtemps.  Le signe que cette grève dure longtemps est qu'avec les changements de manteaux et de saisons, j'ai égaré mon carré rouge.  
Fier, je viens de le retrouver.
En fait j'allais l'oublier jusqu'à ce que je vois un garçon de 9 ans qui en portait un, même à son école.  C'est Antoine, mon fils.  Alors, je me suis dit: Oups! où est mon carré rouge.
J'espère que la CLASSE acceptera le compromis pour rencontrer le ministre.  Ils doivent pouvoir lui enlever les excuses pour provoquer les étudiants et ainsi alimenter la violence.
Avec mes enfants, j'ai appris un des rouages de la violence.  Comme la psychologie nous l'apprend, c'est à deux ans que les enfants sont les plus violents.  Pourquoi?  Parce qu'il n'ont pas la capacité de communiquer.  Nos étudiants s'expriment.  Mais le gouvernement fait la sourde oreille.  Pire, les tribunaux en ajoutent par injonction.  Et la police et les gardiens de sécurité usent de rudesse.  Par conséquent, les étudiants, qui ne peuvent plus s'exprimer par des mots ou avec créativité, brisent et frappent.  
Il reste que ceux qui ont le pouvoir demeurent ceux d'en face, ceux qui gouvernent, ceux qui ont accès aux tribunaux, ceux qui ont des casques et des matraques.
La paix passe par la parole.

Vaut-il mieux geler les frais des étudiants ou augmenter les prêts?
Si nous gelons les frais, le gouvernement n'augmente pas l'administration des frais.
Si nous augmentons les prêts, nous aurons besoin de fonctionnaires pour gérer les demandes supplémentaires.  Si des fonctionnaires ne sont pas ajoutés, la tâche sera plus grande pour les employés actuels de l'État.  Les demandes seront ralenties et l'accès aux études compromis.  D'une autre part, il sera plus facile de modifier le programme de prêts et bourses à la baisse ensuite au nom de la rationalisation de l'État.
Nous avons besoin que le gouvernement et que les Universités fassent la preuve qu'ils peuvent bien administrer les ressources qu'ils ont déjà avant que nous puissions leur en donner plus.  C'est encore une petite leçon familiale que nous appliquons avec nos enfants.

À bientôt

Daniel Marineau


18 avril, 2012

Retour sur le blogue

Depuis un bout de temps, je cherche à déménager mon blogue.
Finalement, je viens de réaliser que j'ai cette plate forme qui existe depuis 2006.
J'y reviens.
et j'y reviendrai plus souvent.
À bientôt.

Daniel Marineau

PS, ce message est un test de reprise.