31 juillet, 2012

Comptez vos miracles!

Mon père m'a prêté un livre de Robert Schuller: Découvrez les miracles dans votre vie.  Ce n'est pas un grand livre, moins que 60 pages, mais il contient un idée qui m'inspire et me plait: à chaque jour, Dieu opère des miracles dans nos vies, des miracles presque insignifiants, ceux que nous appelons souvent "coïncidences", mais qui donnent un sens différent à nos journées.
Croiser quelqu'un d'inattendu ou que nous n'avons pas vu depuis longtemps.
Éviter un accident.
Trouver de l'argent ou quelque chose qui nous est une provision.
Perdre quelque chose qui sera trouvé par quelqu'un, pour lui-même.
Avoir l'occasion d'aider quelqu'un.
Être l'occasion pour quelqu'un de nous aider et qu'il s'en trouve encouragé.

Je crois que Dieu agit comme cela et comme le dit l'auteur du livre, le seul problème est dans notre capacité à remarquer, à être attentif à ces miracles.
Quoi faire?  Relire ses journées à la fin de celles-ci.  Et chercher dans notre journée ce qui a été une erreur ou une source de joie, un soulagement, un sourire.
Arrêtons, et sachons qu'il est Dieu au milieu du brouhaha de notre vie (Psaumes 46.11)

Daniel

26 juillet, 2012

Affronter la famine

Le Niger affronte une troisième famine en sept ans.  Pourquoi?  Manque de pluie - sécheresse.
Est-ce qu'on peut contrer la sécheresse à l'avance?  Peut-être.  Si nous avons les moyens de construire des infrastructures, nous pouvons faire de l'irrigation.
Toutefois, si nous n'avons pas de moyen, nous pouvons changer d'habitude et de mentalité.  Mais cela ne se fait pas rapidement.
Mais comment est-ce que notre mentalité et nos habitudes peuvent changer la pluie?
En fait, le fatalisme est une mentalité qui influence notre attitude face à la famine et la sécheresse.  Or, il y a dans le christianisme des étincelles d'action.  Dieu nous suggère l'espérance: "l'amour croit tout, espère tout..."Jésus ne nous enferme pas dans un destin irrévocable.  La preuve est qu'il sauve le pécheur, celui ou celle qui devrait être condamné.  L'espérance nous pousse à anticiper l'avenir.  Le fatalisme inculque le sentiment d'impuissance et la résignation.
Sophie et moi voulons aller communiquer l'espérance au Niger.  L'espérance devant l'éternité, et celle face à la vie d'aujourd'hui, face à la saison prochaine.  L'espérance est motivante.
De là, nous proposerons des techniques agricoles qui incluent le reboisement des champs.  Qui dit reboisement, dit préserver l'humidité du sol - ce qui aide contre la sécheresse.
"Espérant contre toutes espérances" nous serons au Niger et dans 15 ans, les cultures du Niger seront plus fiables et régulières.
Soutenez-nous.
Nous avons besoin de vos dons.  Visitez la page d' Outreach Canada sur Canadon.org et indiquez les Daniel Marineau
ou faite parvenir vos dons au nom d'Outreach Canada avec la mention Marineau à l'adresse suivante:
7201 72nd St Unit 2, Delta, BC  V4G 1M5


Merci à l'avance
Daniel

16 juillet, 2012

Une première Marineau en Afrique

Élohise est parti pour le Sénégal.  Elle n'a aucun téléphone, aucun ordinateur.  Nous sommes sans nouvelle depuis son départ, il y a une semaine.  Donc tout va bien.
Ils sont une vingtaine avec les responsables.  Il s'agit d'un ministère missionnaire et jeunesse : JET Jusqu'aux Extrémités de la Terre.  Ce n'est pas leur première fois au Sénégal et ils ont fait d'autres pays bien avant.
Pour nous, c'est aussi un avant goût d'être que 4.  Je crois que c'est la semaine où Marianne s'est le plus fait appeler Élohise par erreur.  Lorsqu'on met la table, nous plaçons toujours un couvert de moins.  C'est normal d'un côté.  C'est la maturité et le chemin de vie.
Nous prions chaque jour pour Élohise, mais nous sommes toujours sans savoir l'impact de nos prières.  La foi, la confiance en Dieu, entre en jeu quand nous devenons impuissants.  Je dis la confiance en Dieu, mais il s'agit aussi de la foi en Élohise.  Nous croyons en elle, nous lui faisons confiance.  Or je crois que Dieu veut nous amener, en tant qu'humain, à cette foi humaine.  Les commandements de Jésus sont toujours tournés vers les autres, sinon vers Dieu.  Il ne nous enseigne pas la méfiance, ni l'isolement, ni l'autosuffisance et encore moins le mépris.  Il ne nous dit pas que dans le fond de chaque coeur il y a de la bonté ou qu'il faut endurer toutes sortes d'injustice et de mal.  Ces enseignements construisent un monde, à commencer par notre famille et notre voisinage.
Ainsi, en aimant mon voisin, je construis nos capacités à se faire confiance.  On se trompe.  Jésus nous propose le pardon et nous reconstruisons nos capacités.
Tout cela pour dire que nous croyons en notre fille - pardonnez ce brin de fierté!

Bon voyage Élohise!
 
Daniel