18 décembre, 2012

Survivalistes

La fausse fin du monde approche.  Mais il y a beaucoup de films ou de livres qui la prennent comme thème ou plutôt comme contexte.
Or, j'ai entendu à la radio des entrevues avec des "survivalistes".  Il s'agit de gens qui se préparent pour une catastrophe.  Ils stockent des provisions pour un minimum de trois mois.  Ils envisagent toutes les possibilités négatives.
J'ai souvent entendu des gens adeptes de ce style de vie.  Un homme m'a raconté qu'il a grandi dans une secte et que sa famille attendait la fin du monde (vers 1970).  Il se rappelait que le plancher pliait sous le poids des caisses de conserves.  Naturellement, si vous êtes bien préparés et que vos voisins ne le sont pas, vous aurez à défendre vos réserves.  Donc, il vous faudra une arme.  Au Niger, beaucoup de blancs vivent aujourd'hui comme cela pour la vie normale.  Ils sont autonomes et autosuffisants.
Néanmoins, au Niger, je me disais que si la fin du monde arrivait, les Nigériens ne se rendraient compte de rien.  La vie continuerait.  En fait, les habitants du Tiers et du Quart Monde sont les mieux préparés.  Ils sont solidaires.  En effet, la meilleure manière de survivre c'est de devenir solidaire avec ses voisins, sa famille et avec les inconnus.
Un Chrétien me décrivait l'importance de se préparer à la fin du monde, quelle qu'elle soit, à la manière des survivalistes.  J'ai alors tenté de l'amener sur le terrain du discours de Jésus: "Aime ton prochain", "Il n'y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis".  Dans ce discours, survivre ne peut pas dépendre de l'égoïsme, mais dans le partage, celui des biens et celui des malheurs.  "Riez avec ceux qui rient, pleurez avec ceux qui pleurent."
La survie ne réside pas dans l'isolement et l'individualisme.  
La survie se trouve dans les autres, dans l'amour qui pousse à la solidarité et à l'entraide.  Dans l'amour qui accepte aussi la solidarité et l'aide des autres pour nous.  C'est peut-être cela que les survivalistes refusent, d'être aidés.

En attendant la fin du monde!

Daniel 

03 décembre, 2012

Le Voyage intérieur

Depuis plus de deux ans, nous sommes à Montréal.  Nous sommes en attente de retourner en Afrique.  Ce séjour sédentaire nous fait voyager à l'intérieur de nous.  Il s'agit du voyage le plus difficile.  Dans ce voyage, je côtoie mes aspirations, mes rêves et mes déceptions, mes frustrations.
J'ai la profonde conviction que la vie se construit sur la confiance envers les autres humains.  
Je crois que l'individualisme nous isole et nous enferme dans la tristesse et la colère.
D'aillerus, une amie nous disait un proverbe: "Seul, on va plus vite, Ensemble, on va plus loin."

Dans ce voyage intérieur, je m'explore, moi le 6e continent.  Dans les frustrations que je vis avec d'autres personnes, je découvre mes valeurs personnelles.  Une fois que je les mets en mots, que je formule mes valeurs, je suis confronté à des décisions: Est-ce que je fais les mêmes choses de la même façon?  Est-ce que je m'ajuste à ce que je valorise?  Luc de Larochelière chante: "On est seulement ce que l´on peut  On est rarement ce que l´on croit" (Si Fragile).  Mais moi, est-ce que je veux essayer d'être ce que je crois?

Dans ce voyage intérieur, je découvre que je ne veux pas simplement aller en Afrique.  J'ai une approche sociale et humanitaire qui m'est chère.  Avec le temps d'attente, je constate que j'aurais parfois accepté des conditions désagréables pour pouvoir aller en Afrique.  Dieu m'en a préservé, quitte à me blesser parfois pour m'en empêcher.  Alors, me découvrir m'irrite, car bien sûr que je vois mes failles, mes cratères et mes ombres, mais  je me dis que je ne peux plus choisir les opportunités à l'improviste.  Je dois faire des choix qui correspondent à mes valeurs.

Je ne suis pas entré dans ce voyage intérieur tout seul.  J'y suis entré avec le Seigneur Jésus-Christ.  Il me connais et à quelques reprises, dans mon coeur, je disais le Psaume: "Quand je marche dans la vallée de l'ombre de la mort (mon propre coeur), je ne crains aucun mal, car tu es avec moi."

Qu'est-ce que je crois et que je veux être?
Je ne peux pas l'exprimer dans un blog comme cela.  Désolé.  Si vous voulez, appelez-moi!

Daniel