16 août, 2013

Confiance vs méfiance

Est-ce que tous les humains sont méchants?
Est-ce que tous les humains nous veulent du mal?

Personnellement, je pars ma réflexion de moi-même.  Si je ne suis pas en train de prévoir des méchanceté, si je ne suis pas en train de vouloir du mal pour quelqu'un, eh bien, il est plus que certain qu'il y a une autre personne comme moi.  Alors, ça vaut la peine que je fasse confiance aux autres.  Mais si nous ne sommes pas en train de penser à faire du mal, moi et une autre personne potentiel, sur quoi je me base pour être méfiant?  Sur l'apparence?  Sur le niveau social?  Sur un préjugé quelconque?

Au Niger, nous avions fait confiance à une femme.  Nous l'avions embauché comme femme de ménage.  Elle ne nous a pas volé, mais elle ne travaillait pas bien et elle le reconnaissait.  Nous lui avons proposé un prêt pour qu'elle démarre son commerce, un prêt de $700.  Elle a tenté l'expérience, mais elle n'a pas réussi et elle a dû vendre ses articles à perte.
Elle était mûre pour la méfiance alors...
Nous avions déménagé, nous étions loin de cette femme, mais quand Sophie a conçu une formation d'animatrice, nous avons pensé à elle.  Sophie l'a formée pour animer de façon participative sur des thèmes de santé et d'hygiène.  Cette femme s'est appropriée la formation.  Elle a fait les animations avec succès.  Elle a été remarqué par des ONG internationaux.  Elle a eu un premier contrat pour animer dans des camps de réfugiés, puis dans une autre organisation pour d'autres régions.
Lors de mon dernier voyage, elle tenait à ce que je visite ses nouveaux patrons, des Américains.  Ils croient en elle et ils lui confient un bureau dans une autre région, qui est en fait tout près de sa région natale.  Dieu lui fait du bien.  Elle reste toujours nerveuse, insécure quant à ses aptitudes, et pourtant, elle fait bien son travail et elle est digne de confiance.

Je sais bien qu'il ne faut pas être naïf envers tout le monde.  Mais il reste que j'apprends à prendre des risques, à les assumer et à payer mes pots cassés.  Je refuse de céder à la méfiance.
Je dis cela, mais à Montréal, je réapprends à faire face à mes préjugés québécois alors que je vis parmi les plus méprisés.

ciao
Daniel

Aucun commentaire: